Événement 16 - 15 mai 2011 - Au rythme de nos foulées Châteauguay - 21.1 km - 1:44:30 (4:57 min/km)

Un demi-marathon sur la rive sud? Pourquoi pas! À deux semaines du marathon de Buffalo, je me dis qu'un demi-marathon à mon rythme serait une bonne idée pour parfaire mon entraînement, encore davantage puisque je cours normalement à un rythme beaucoup plus lent avec mes amis de Team in Training.

Une semaine auparavant j'ai couru 34 km en solo, soit la plus longue distance en entraînement en vue du marathon... ça s'est très bien déroulé lors d'une belle journée ensoleillée, avec un temps de 3h06. J'avais d'ailleurs décidé de très peu regarder ma montre lors de cette course afin d'éviter de trop surveiller mon rythme, et d'ainsi écouter davantage mon corps... ce fut un succès! Si bien que je décide de suivre cette même stratégie lors de ce demi-marathon.

Bien entendu après avoir couru 34 km une semaine auparavant, la distance du demi-marathon ne me fait pas trop peur. Je ne veux d'ailleurs pas battre aucun record personnel, puisque je suis à deux semaines de mon événement principal. Mon but est donc de courir 21.1 km à mon rythme, et arriver à la fin avec des réserves d'énergie.

J'arrive tôt le dimanche matin sur la rive sud pour ramasser mon dossard, ma chip électronique ainsi que mon t-shirt à l'école secondaire Louis-Philippe Paré. Nous sommes transportés par autobus au point de départ, une espèce de petite auberge bien sympathique dont le nom m'échappe. Je ne connais personne, mais une belle ambiance y règne (avec deux gars jouant du tamtam!) et je jase avec divers coureurs... nous sommes un peu comme une grande famille! Je constate que beaucoup de coureurs participent à cette course en vue du marathon d'Ottawa, qui aura lieu en même que celui de Buffalo.

La température est quelque peu maussade; en bas de 10°C avec de la pluie intermittente et quelques rafales de vent... ça me rappelle le demi-marathon de la Banque Scotia que j'ai couru au moins d'avril! N'ayant pas de manteau je frissonne avant le départ, mais je sais qu'une fois parti je serai correct avec mes manches longues.

Le départ se fait attendre avec un peu de retard, mais finalement les 199 participants prennent place à la ligne d'arrivée et nous sommes heureux de partir. Le parcours est intéressant, il n'y a pas vraiment de spectateurs (autre qu'aux stations d'eau) mais nous voyons de petits coins de pays bien sympathiques, et nous sommes toujours près de la rivière. Nous sommes en fait au sud de Châteauguay et non pas dans la ville... nous sommes davantage près de Mercier et pas très loin de Beauharnois.

À plusieurs reprises (4?) nous avons de fortes odeurs de ferme puisque nous somme vraiment en plein milieu rural... au contraire de ce que pourrait penser mes amis de Montréal, je ne suis pas du tout habitué à cette odeur (Rouyn c'est une grosse ville!!). Je suis davantage habitué au goût de la mine qui reste dans la gorge! Mais bon, ça dure simplement quelques minutes à la fois, on y survit!

Je dois admettre qu'au premier ainsi qu'au cinquième kilomètre, je suis tenté de regarder ma montre pour avoir une idée du temps que je suis en train de faire... mais je me suis donné comme objectif de ne jamais regarder afin de mieux écouter mon corps, et c'est ce que je fais!

La course va bien, mais le vent est vraiment très fort par endroits. Lorsque j'arrive dans les quatre derniers kilomètres, comme prévu il me reste encore beaucoup de forces... je devrais donc être en forme pour mon marathon dans deux semaines! Maintenant que je suis convaincu de mes performances, je décide de foncer pour le reste du parcours, question de rendre les choses un peu plus intéressantes. J'accélère donc le pas jusqu'au dernier demi-kilomètre, à quel moment je décide tout simplement de foncer en malade vers la ligne d'arrivée pour enlever quelques secondes supplémentaires à mon temps, tout en me donnant la satisfaction que seul un bon sprint peut apporter! Je vois finalement mon temps à la ligne d'arrivée... presque identique au demi-marathon du mois précédent, mais cette fois-ci ce fut atteint beaucoup plus facilement!

Je suis bien satisfait de ma course lorsque je prends mon repas de récupération à l'intérieur de l'école, je jase avec d'autres participants qui sont également heureux de leur course malgré la température. J'ignore si je referai cet événement une autre année (bien amusante, mais rien de vraiment hors de l'ordinaire - peut-être la médaille qui est bien jolie), pour le moment je me concentre sur le fait que tout s'annonce très bien pour Buffalo!

Retour au blogue

Arrivée Spectatrices
Patrice