Événement 18 - 18 juin 2011 - Ultimate XC Mont-Tremblant - 21 km - 2:28:24 (7:04 min/km)

Voilà une course que j'attendais avec impatience... j'étais inscrit depuis déjà plus de trois mois, et c'était enfin le grand jour. Je n'ai jamais fait de course en trails auparavant; certes, j'ai couru sur au parc national St-Bruno, mais c'était là des sentiers en gravelle biens plats, très différent du Ultimate XC. C'est donc une toute nouvelle aventure... et je dois admettre être un peu inquiet; je connais des gens qui ont fait des courses dans le même genre (distance 10 km), et qui m'ont indiqué à quel point c'était difficile, par rapport à de la course en route. Mais bon on verra bien, ça devrait être une belle aventure en forêt!

Niveau entraînement, outre le fait que je n'ai pas couru en sentiers, je suis prêt; j'ai couru un marathon il y a à peine 3 semaines, et la semaine précédente j'ai couru 20 km et fait de la randonnée sur 8 km au mont Sutton. J'ai attrapé une vilaine grippe une semaine auparavant, mais rien qui ne devrait trop réduire mes ardeurs.

Le matin de la course nous partons donc vers 7h15 pour se rendre à Tremblant... ma course commence relativement tard, soit à 10h10. C'est parfait pour nous donner le temps de se rendre et de me préparer. Je rencontre Vincent là-bas, un ami que j'ai connu via Team in Training, ainsi qu'un de ses amis (qui s'appelle également Vincent)... vêtus de mauve, nous serons les fiers représentants de Team in Training à cet événement!

Je n'ai été qu'une seule fois au village de Tremblant auparavant, sa magie reste entière pour moi. Les petites boutiques au style rustique, et toute la santé que respire ce village (tout le monde fait du sport!), c'est bien agréable. Nous sommes environ 650 participants à cette course, sur diverses distances: 13, 21, 35 et 58 km. Les participants du 35 et 58 km courront même dans certains cours d'eau! Et il y a quelques crinqués qui feront du sport tous les jours de la fin de semaine: 67 km de kayak le vendredi, 58 km de course en sentier le samedi, 100 km de vélo de montagne le dimanche. Ouf! Je me contente du 21 km de course pour cette année, question d'apprendre à connaître l'événement.

Après avoir signé deux documents nous avertissant des dangers de la course en sentier, après s'être fait dire que les ipod sont interdits, que les souliers fivefingers sont interdits (type de soulier minimaliste qui simule la course nu pied), et que nous pouvons nous attendre à faire un temps deux fois plus lent que sur route, nous partons enfin!

Nous commençons dans le village piétonnier et nous dirigeons rapidement vers un ancien chemin de coupe forestière qui menu jusqu'au terrain de golf. La distance n'est pas très longue (juste assez pour disperser un peu la troupe de coureurs) avant d'entrer dans une section de « single tracks ». Nous pénétrons dans la forêt et tout de suite c'est le coup de foudre: la senteur de la nature, la beauté des arbres, c'est superbe! Nous avons d'ailleurs une superbe journée ensoleillée avec une température autour de 18°C qui montera jusqu'à 23°C... tout de même un peu chaud pour courir, mais pas trop humide et très agréable.

Les sentiers sont vraiment des sentiers de randonnée: plein de racines, de roches, d'herbe cachant parfois d'autres roches, d'arbres cassés par-dessus lesquels il faut sauter, de petits ruisseaux, de boue, de caps de roche, etc. C'est vraiment superbe de courir là-dedans, mais ça ne laisse pas beaucoup de temps pour regarder la nature... nous devons constamment regarder le sol pour s'assurer de bien placer les pieds. Pour les sentiers je suis d'ailleurs content d'avoir d'aussi grands pieds (12-13), ça stabilise le tout! ;) Toute cette nature me rappelle beaucoup lorsque j'étais jeune et que j'allais cueillir des bleuets ou bien jouer dans les caps de roche... vive la nature!

Je suis très content d'avoir apporté ma ceinture d'hydratation, il y a très peu de stations d'eau (km 5.5, 9, 16), il fait chaud et ça prend beaucoup plus de temps couvrir les mêmes distances que sur route. Jusqu'à la première station d'eau il y a diverses montées et descentes, je ne sais pas trop à quelle vitesse courir et je dois admettre que je trouve déjà mes jambes un peu lourdes après 2-3 km lorsqu'il y a des montées! Mais je m'aperçois que lorsque le parcours descend, je récupère très rapidement malgré la grande vitesse à laquelle je me permets d'aller... je trouve c'est très différent de la course sur route!

J'atteins donc la première station d'eau assez rapidement, je suis content de ma vitesse et tout va bien. Maintenant le parcours continue et monte de façon assez abrupte. En fait si abrupte que la description officielle sur le site indique qu'il s'agît presque d'un mur! Nous longeons les courbes de niveau qui montent et descendent jusqu'à la piste de ski, certaines parties assez difficiles. Tout le monde (autour de moi du moins!) prend l'habitude de marcher les montées et de simplement recommencer à courir lorsque le parcours est un peu plus plat ou en descente, je fais de même... ça nous permet d'économiser nos forces, et parfois même marcher sera pénible tellement ça monte!

Le bout le plus difficile sera entre la deuxième et la troisième station d'eau (entre 9 et 16 km)... wow, que de montées!! Nous allons jusqu'au sommet de la montagne, et je dois aller tellement lentement (très difficile sur les jambes!) que je me demande si je vais réussir à terminer la course en moins de trois heures! Tout le monde autour de moi a beaucoup de difficulté, mais nous continuons malgré tout. Nous sommes grandement récompensé lorsque nous arrivons plus haut et que nous apercevons le paysage montrant toutes les montagnes et lacs des alentours à des kilomètres à la vue... wow, dommage que je n'avais pas ma caméra! C'est impressionnant de voir à quel point nous avons monter haut. J'aurais eu envie de rester là pendant un bout de temps, mais la course doit continuer.

Non sans difficulté j'atteins donc la dernière station d'eau (c'est parfois très difficile de passer du mode « marche les montées » au mode course, mes jambes s'en souviendront). Bien qu'il n'y avait pas beaucoup d'insectes, quelques mouches ont profité de mes marches pour mordre (je parle ici de morsure et non pas de piqûre)... ça aussi ça me rappelle l'Abitibi! Nous apprenons une excellente nouvelle à cette station d'eau: c'est le temps de descendre!

Normalement je préfère monter les côtes que de les descendre, puisque la descente est beaucoup plus difficile sur les articulations (mes pauvres genoux!). Mais je suis bien content de me lancer dans la descente pour faire récupérer un peu mes jambes. Et quand je dis que ça descend, ça descend!! De façon très abrupte et inégale nous suivons les sentiers nous ramenant vers le village, nous devons souvent faire très attention pour ne pas tomber et pour bien stabiliser nos pas. Lors de certains virages et à quelques endroits je dois même m'aider de mes mains pour continuer. Je continue tout de même très rapidement, c'est la partie de la course dans laquelle je dépasserai le plus de participants... je vole presque dans les pistes! Je dois admettre qu'à quelques reprises je passe proche de tomber ou de me tordre une cheville, les accidents peuvent arriver tellement rapidement... il faut être très prudent (après la course nous verrons quelques participants rentrer avec sang et boue à cause de chutes, et il n'y a pas vraiment de stations premiers soins en forêt). C'est également beaucoup plus difficile sur les pieds (notamment les orteils) que la course sur route, les pieds rentrent vraiment dans les souliers lors des descentes.

Bien que le circuit est très bien indiqué avec des rubans, il n'y a aucun indicateur pour les bornes des kilomètres lors de la course... et je me rendrai compte après la course que ma montre n'aura calculé qu'une distance d'environ 19.7 km (à cause des montées/descentes j'imagine). Je suis donc très surpris de me retrouver dans le village piétonnier, beaucoup plus rapidement que ce que j'anticipais puisque je croyais qu'il me restait encore quelques kilomètres. Il y a alors beaucoup de gens qui sont là pour nous encourager, je continue en sprint très rapide pour le reste de la course et il me reste étonnamment encore beaucoup d'énergie lorsque je traverse la ligne d'arrivée en 2h28m24!

Nous avons droit à un super repas à l'arrivée (hamburger avec salades de pâtes et autres), il y a un beau lac bien pratique pour se refroidir les jambes, et il y a une belle ambiance. La médaille est très belle, au lieu d'un ruban traditionnel c'est tenu par une petite chaîne. J'ai beaucoup aimé cette belle course dans la nature, c'est vraiment différent de la course sur route. C'est beaucoup plus difficile qu'un demi-marathon traditionnel, mais ça reste plus facile qu'un marathon complet. Peut-être l'année prochaine m'attaquerai-je au 35 km, pour le moment ma prochaine course sera la Spartan Race à Ottawa dans 2 semaines!

Retour au blogue

Tremblant 1 Tremblant 2
Départ Plage
Course Patrice Course Vincent2
Course Vincent Ligne Patrice
Ligne Vincent2 Ligne Vincent
Médaille