Événement 21 - 15 octobre 2011 - XTrail Asics Orford - 21 km - 3:19:30 (9:30 min/km)

L'automne nous offre les plus beaux paysages que nous puissions trouver, j'avais donc très hâte à la course au Mont-Orford, d'autant plus que je commence à me découvrir une passion pour la course en trails! Le climat sera par contre très différent de ce que j'avais vécu au demi-marathon au Mont-Tremblant en juin, cette fois-ci il y a eu deux jours de grosse pluie avant l'événement... je n'ai toujours pas de souliers de trails (j'utilise une vieille paire de souliers usés avec des trous sur le dessus), je dois avouer que ça m'inquiète un peu car le terrain sera très glissant. Mais je me dis que de toute façon je n'aurai qu'à aller plus lentement, je suis là pour avoir du fun et non pas établir un nouveau record!

Je me rends à Mont-Orford sous une pluie intermittente le matin du 15 octobre (et c'est plus loin que je pensais!), j'arrive tôt et j'ai le temps de ramasser mes affaires et de prendre ça relaxe. J'aime bien le t-shirt qu'ils nous donnent pour l'événement, il n'est pas bourré de commanditaires comme tant d'autres!

Comme à mon habitude je jase avec d'autres coureurs avant la course, je parle avec une française du nom de Marian qui est au Québec pour son doctorat, elle me fait remarquer qu'au Québec il y a très peu de courses en sentier et/ou en trail, surtout considérant tout le terrain que nous avons... c'est vrai, pourtant nous en avons beaucoup sur route, étrange! Rencontre surprise, je vois un collègue de Colmatec (en fait c'est le boss de mon boss!) qui va faire le 5 km à la course ainsi que sa blonde (ou femme? je l'ignore) qui va faire le 10 km... on jase un peu, c'est le voir de voir autant de gens se mettre à la course à pieds -- un sport si plaisant!

Je me rends donc à la ligne de départ pour 9:15 sous une faible pluie, les annonceurs nous disent qu'il va falloir redoubler de prudence à cause du terrain très glissant, et qu'il faudra faire attention aux animaux sauvages puisque la région est reconnue pour avoir beaucoup de lynx et d'ours... mais bon, c'est pas très inquiétant quand on est environ 1000 coureurs! Je crois que nous étions supposés être autour de 1300 mais la température en a probablement effrayé plusieurs...

Le départ est donné, nous nous élançons tous dans le boisée au pied de la montagne et tout de suite on peut apprécier les magnifiques couleurs d'automne. La première partie de la course est sur des sentiers en terre battue, sans obstacles majeurs -- seulement de petites côtes. Après à peine quelques minutes dans la course la pluie aura cessée, nous ne nous serons pas trop fait mouillé (contrairement au départ du 10 km qui était sous une grosse pluie passagère). Nous voyons des petits ruisseaux et au moins un lac, mais je n'ai pas la chance d'apercevoir d'animaux sauvages. Le parcours est de toute évidence très boueux, mes souliers sont très sales et j'en ai jusqu'aux genoux... mais c'est pas très grave ça fait parti de l'expérience.

Le parcours n'est pas très difficile (pour de la trail) et en le temps de le dire, je suis rendu à environ 11.3 km avec un temps tournant autour de 1h05... wow, plus facile que je pensais! C'est alors que commence le sentier des crêtes. Bien entendu je savais que le tout deviendrait éventuellement beaucoup plus difficile, nous devons après tout atteindre les sommets des montagnes à une hauteur de 863 mètres, et les temps des plus rapides des années précédentes (selon les résultats du site web) sont nettement plus élevés que ceux du 21 km de Mont-Tremblant!

Ce sentier est considéré comme étant l'un des 10 plus beaux sentiers de la province, il monte de façon assez abrupte et il n'est pas très large, donc nous devons rester en file. La terre battue est terminée, nous sommes maintenant en trails avec beaucoup de roches (il y a beaucoup « d'escaliers » en roches), quelques racines, trous, ruisseaux, boue cachant des roches, etc. La course se transforme presque en randonnée, les gens (moi inclus!) marchent pour monter les pentes car c'est trop à pic. Lorsque ça retombe en en ligne droite ou en descente (ou faible montée) nous recommençons à courir, jusqu'à la prochaine grande côte.

C'est physiquement beaucoup plus exigeant, je continue pendant un bon bout de temps et décide de jeter un coup d'oeil à ma montre pour voir la distance: 12.1 km... wow moi qui pensais que je venais de parcourir au moins 3 km, ça faisait moins d'un kilomètre depuis le début de ce sentier! Mais bon je m'amuse bien, d'ailleurs je cours avec ma caméra dans mes poches et je prends le temps d'arrêter ici et là pour prendre des photos (je cours pour le plaisir après tout!). Au moins une heure plus tard je regarderai à nouveau ma montre pour apercevoir encore une fois 12.1 km... je me rends alors compte que je l'ai arrêtée par accident, et que je n'ai aucune idée de la distance parcourue et/ou restante... mais bon c'est pas très grave, et même peut-être mieux ainsi.

Au sommet des montagnes (nous en atteignons plus d'un) les paysages sont à couper le souffle, nous pouvons voir des forêts et lacs à perte de vue. Il y a par contre énormément de vent donc je n'y tarde pas trop, et ça va faire du bien faire de la descente... mes jambes commencent à être fatiguées! Les descentes ne sont pas toujours faciles, très raides par plusieurs endroits mais je les trouve tout de même plus faciles que les montées. Il nous restera d'ailleurs deux belles grosses côtes très raides auxquelles personne ne semblait s'attendre, on pouvait entendre des gens crier des encouragements et je pensais que c'était la ligne d'arrivée mais non... pas facile celles-là, elles m'auront coûté quelques crampes!

C'est finalement en 3:19:30 que j'atteins la ligne d'arrivée (avec une quantité impressionnante de boue dans mes souliers), wow la deuxième moitié m'aura vraiment prit beaucoup plus de temps que la première! Des gens autours remarquent que leur montre GPS indique une distance tournant autour de 23-24 km plutôt que de 21, et je n'en suis pas très étonné. Ça aura été une très belle course, et pendant un bon deux-trois jours après je sentirai mes quadriceps -- chose inhabituelle pour moi sur une distance de 21 km. Ça me donne le goût de continuer à faire de la trail, et j'ai déjà hâte à juin pour la prochaine édition du Ultimate XC du Mont-Tremblant! Seules déceptions par contre: pas de médaille à la fin (pas bon pour ma collection!), et pas de repas inclus... il fallait payer pour acheter quelque chose au restaurant après (un bon cheeseburger!).

Retour au blogue

1 2
3 4
5 6
7 8
9 10
11 12
13 14