Événement 22 - 5 novembre 2011 - La Course au Parc National d'Oka - 21.1 km - 1:53:19 (5:22 min/km)

Je dois admettre que l'année 2011 a été une année bien occupée pour moi au niveau de la course. Après avoir jeté un coup d'oeil à mon blogue je me suis rendu compte que j'ai fait une course dans chaque mois, sauf septembre car j'étais en voyage en Italie. Fait divers cocasse d'ailleurs, je pensais initialement m'inscrire au « Maratona dell'acqua » pour septembre mais pour diverses raisons je ne l'ai pas fait... et par pur hasard (j'ignorais où et quand c'était) je m'y suis retrouvé, et pas à n'importe quel moment: lorsque le dernier participant a franchi la ligne d'arrivée! Ça doit être un signe que les marathons et moi, c'est fait pour durer...

Bref, aucun marathon complet de planifié pour la fin de l'année, et je dois réduire un peu les dépenses car les événements à l'extérieur coûtent chers. Le 29 septembre j'opte donc pour un événement local: refaire la course du parc national d'Oka que j'ai fait l'année dernière. Il s'agît ici d'un parcours que je connais réellement par coeur car c'est un aller-retour sur la piste cyclable où je m'entraîne toujours, juste à côté de chez moi.

Or voilà que quelques jours plus tard Stéphanie, une amie que je connais via Team in Training, me parle d'un événement bien intéressant: le Challenge Monumental du Mont-Royal. Pour garder ça court (voir le blogue de cette course pour plus de détails), il s'agît d'une course de 55 km, soit une distance que je n'ai jamais franchie et que je ne pensais jamais franchir jusqu'à ce que je tombe amoureux des courses en trails... et une nouvelle folie de vouloir faire mon premier ultra-marathon s'empare de moi.

Mais voilà que je suis déjà inscrit à quelques événements... le 15 octobre je fais 21 km en trails au Mont-Orford, le 23 octobre je cours 33 km avec mes amis Jean-Guillaume et Stéphanie (de Deux-Montagnes à Oka), le 30 octobre je cours un autre 33 km avec eux et d'autres amis au Mont-Royal, et puis le 5 novembre c'est au tour du demi-marathon d'Oka, soit 8 jours avant le fameux Challenge Monumental du Mont-Royal.

Normalement trois semaines avant un événement je fais ma plus longue distance puis ensuite j'entre en phase d'affûtage (tapering), soit une phase dans laquelle j'essaie d'en faire moins afin de donner toutes les chances à mon corps de bien récupérer... mais j'ignorais au moment de mon inscription à la course d'Oka l'existence de ce nouveau défi. Je décide donc de me donner un objectif plutôt inusuel: compléter le demi-marathon en plus de deux heures! Normalement (lors d'événements), je cours cette distance en environ 1h45, mais je veux prendre ça plus relaxe... bien que je sais que je m'emporte souvent lors des courses, après tout c'est pas facile de rester en place lorsqu'on s'amuse!

Le 5 novembre au matin je pars donc sans aucun stress vers Oka, j'entre sur l'autoroute et tout va bien... jusqu'à-ce que je m'aperçoive que j'ai oublié mon dossard (qui contient la puce)! ZUT! Je décide de revenir chez moi car même si ça risque d'être un peu juste, je devrais avoir le temps de revenir pour le départ. Je fais donc l'aller-retour et me rends au site de la course sans problème par la suite. Comme sur tous les sites de course on peut apercevoir des gens courir un peu partout, ça donne une belle énergie et beaucoup d'excitation. J'ai un 5-10 minutes restant pour aller à la « salle de bain » (bécosse), et pendant que j'attends en ligne je vois un raton-laveur passer nonchalamment devant plein de gens attendant en file... il nous a regarder un peu, et a continuer sa route sans aucun stress! C'est beau Oka! Lorsque c'est finalement mon tour et que je sors, j'entends au loin un son indiquant le départ! Oups!

Je cours donc comme un fou jusqu'à la ligne de départ, par le temps que j'y arrive tous les participants étaient déjà partis mais ils n'étaient pas bien loin... je commence donc complètement à l'arrière du peloton. Ça me fait étrangement penser aux départs des courses Spartan où j'avais également commencé un peu en retard... mais bon c'est pas grave. Je dépasse plein de gens en début de parcours car le sentier était alors assez large, mais très rapidement nous arrivons sur une simple piste cyclable... alors je continue à passer devant plusieurs personnes, mais c'est plus difficile et ça me prends davantage de temps.

Bien que j'ai l'impression de les connaître par coeur, les paysages restent magnifiques dans ce coin. Je dois dire par contre que ça serait encore bien mieux si la course était à la fin octobre... j'ai fait le même parcours (et même un peu plus) à peine deux semaines auparavent, et les couleurs automnales étaient magnifiques! Maintenant la plupart des feuilles étaient déjà tombées, mais il restait tout de même de belles couleurs dorées. Je continue mon avancé parmi les participants jusqu'à ce que je trouve Alex, un autre ami connu via Team in Training, qui faisait la course également! C'est toujours bien agréable de connaître et rencontrer des gens dans une course, on jase pendant quelques kilomètres. Il me raconte entre autres qu'il espére finir la course en moins de deux heures, et qu'il dédit sa course à une de ses amies qui est récemment atteinte de leucémie (à peine début trentaine!)... ça porte vraiment à réfléchir, c'est dégueulasse comment ces maladies peuvent affecter beaucoup de gens, je suis fier de combattre à ma façon en m'impliquant avec Team in Training!

On continue ensuite chacun de notre côté, je préfère ne pas trop aller rapidement pour le moment... je dois avouer que j'ai certaines douleurs aux jambes, et que je n'ai pas encore atteint mon moment « cruise control » où ça va super bien et que tout sembler aller tout seul. J'attribue ça à mon départ de fou, car je n'ai pas eu le temps ni de m'étirer ni de m'échauffer... alors c'est un peu plus difficile qu'à l'habitude à ce niveau. Mais comme je ne veux pas briser aucun record, le rythme ne me dérange pas trop; d'ailleurs je cours encore une fois avec ma caméra et je m'arrête ici et là pour prendre des photos... pour moi la course c'est vraiment pour le plaisir!

Tout se replace quand même après environ une cinquantaine de minutes, où je commence à me sentir tellement bien que j'accélère un peu le rythme. Il y a plusieurs belles grosses côtes sur le parcours de cette course, mais je les sens à peine... ce sont les moments dans lesquels je dépasse le plus de gens. Passer 14 km j'accélère encore, bien que dans ma tête j'entends cette petite voix qui me met en garde: « fais attention, tu ne veux pas aller trop vite car ta vraie course est la semaine prochaine ». Lors de la dernière année de course je me suis aperçu que lorsque je pousse un peu trop fort, ce sont mes genoux qui en souffrent par la suite. Mais j'en fais à ma tête, et jusqu'à la fin du parcours je continue avec un rythme probablement trop rapide pour ce que la prudence me dicte, et je termine en 1h53m19, pas mal plus rapide que mon objectif initial.

Je retrouve mon amie Catherine à la ligne d'arrivée, elle faisait le 10 km aujourd'hui... elle ira à Philadelphie pour son prochain événement dans deux semaines. Alex termine sa course en 1h57m38, réussissant haut la main son défi de deux heures et fracassant son record personnel au demi-marathon... superbe! Nous recevons tous notre médaille, que je trouve bien jolie d'ailleurs.

L'organisation de la course était bien meilleure que l'année précédente, sauf lorsqu'on arrive à la ligne d'arrivée; il a fallu que je trouve la personne qui donnait les médailles, aucune bouteille d'eau à la ligne d'arrivée, il y avait un line-up ridiculement long pour obtenir de la nourriture, et c'était presque impossible de sortir du stationnement tellement il y avait de monde (bon pour ce dernier point ils ne peuvent pas faire grand chose sur ce site, mais si je refais l'événement je penserai à arriver plus tôt pour obtenir un meilleur emplacement). Si bien que je décide de simplement partir chez moi sans eau ni nourriture, de toute façon je n'habite pas bien loin.

Je quitte tout de même sur une note positive; les paysages étaient magnifiques, j'ai eu beaucoup de plaisir dans cette course, et je suis heureux de savoir que le profit des inscriptions des 1500 coureurs (5, 10, 21 km) ira à WIAIH, un organisme qui vient en aide aux personnes atteintes d'autisme. Maintenant plus qu'une semaine avant mon prochain défi!

Retour au blogue

1 2
3 4
5 6
7