Événement 30 - 2 septembre 2012 - Défi des Collines (Sainte-Catherine-de-Hatley) - 30 km - 2:37:06 (5:14 min/km)

« Sainte-Catherine-de-quoi?? » résume assez bien ma première réaction face à cette course. Je planifiais ma saison de course lorsque j'ai trouvé (via courir.org) la deuxième édition de cette course en Estrie. Sainte-Catherine-de-Hatley est un petit village de 2400 habitants dans la MRC de Memphrémagog. Une distance de 30 km étant offerte trois semaines avant le marathon de Montréal, je me dis que c'est parfait comme entraînement final (c'est d'ailleurs comme ça que l'événement est publicisé).

Normalement je fais une longue distance d'environ 33-36 km trois semaines avant un marathon, mais puisque l'événement s'appelle le « Défi des Collines », je me dis que ça pourrait suffire. De toute façon deux semaines précédent l'événement je cours 32.5 km solo en entraînement, ça n'aura pas été une facile mais ça compte quand même dans le kilométrage accumulé! La semaine de l'événement je vais courir avec Lance Armstrong (cliquer ici pour cette entrée), et je décide à la dernière minute d'aller courir un 18 km relaxe avec des amis la journée avant la course... décidément ça devient une habitude d'enchaîner deux longues distances de suite!

Seul petit hic, cette course est à deux heures de route de chez moi et la veille nous avons une soirée de fête avec la famille... donc je me retrouve à dormir un peu moins de 4 heures, et je dois admettre que le réveil n'est pas facile. C'est avant le levée du soleil que nous partons vers destination, Cinzia ayant décidé de m'accompagner afin de voir un peu le coin de pays et de me tenir compagnie. Je ferai 30 km pour mon 30e événement... j'ai pas hâte au 100e événement!!

L'estrie offre vraiment de beaux paysages, notamment avec ses différents monts. La température s'annonce superbe, le gros soleil pour toute la journée et un matin plus frais que par chez moi (8°C vs 13°C à Deux-Montagnes), mais ça se réchauffera rapidement et c'est parfait pour courir. Nous arrivons au village en suivant des routes brumeuses et côteuses, promettantes de ne pas rendre la vie trop facile aux coureurs.

Nous sommes près de 700 participants au total en incluant les distances de 1, 5.5, 11, 15 et 30 km. Nous sommes 65 personnes participant au 30 km, un nombre assez modeste. Le parcours est en fait un aller-retour commençant par une boucle de 5.5 km autour du village, se poursuivant sur une route allant vers le sud jusqu'aux abords du Lac Massawippi et puis le même trajet au retour. Puisque les participants du 15 km feront le même trajet mais seulement la partie du retour (une navette les amène au départ), nous aurons tout de même un peu de compagnie sur le parcours.

Vu le modeste taux de participation à cet événement je ne m'attendais pas à y connaître personne, mais je rencontre tout de même (encore une fois) les jumelles Puntous, omni-présentes sur nos parcours de course au Québec. C'est toujours un plaisir d'aller jaser un peu avec elles, comme moi elles feront le 30 km. Elles m'apprennent d'ailleurs qu'il y a un nouveau marathon dans la province, en fait le premier dans les Laurentides, à Rivière-Rouge à la fin octobre... je ne croirais pas le faire cette année, mais j'en prends définitivement note!

Le départ est donné et nous commençons la boucle de 5.5 km, qui se fait principalement sur terre battue sur une belle route de campagne... j'adore. Dès le départ nous y allons en montant, en fait les organisateurs de l'événement avaient pris la peine de nous avertir de bien nous échauffer avant le départ car ça commence assez intense. Les stations d'eau sont très fréquentes et les bénévoles sont vraiment gentils. En fait tous les gens que j'ai rencontrés dans le village sont vraiment sympathiques et enthousiastes, c'est superbe comme ambiance.

Après la boucle et un petit tour au village nous voilà à faire un long aller-retour sur une même route, qui descend, et descend, et descend, et descend... une petite voix dans ma tête me rappelle qu'il faudra forcément remonter toutes ces côtes, et que même si la montée est normalement ma force, wow ça ne sera pas facile! Pas pour rien que ça s'appelle le Défi des Collines, je ne me rappelle pas d'aucun moment où nous étions sur du terrain plat pour plus d'une minute!

Les paysages sont très agréables, avec plusieurs fermes (... et leurs odeurs), des champs, des arbres, et le magnifique Lac Massawippi qui resplendit sous les rayons du soleil. Je dois admettre que niveau mental, j'ai un peu de difficulté après environ une heure de course... avec ma fatigue accumulée par le manque de sommeil (en plus d'avoir couru la veille), je ne me concentre pas très bien, je trouve le parcours un peu long, surtout que mon estomac me donne pas mal de problèmes et je sais que je devrai monter énormément de côtes au retour. Je sais très bien que le moral joue un facteur primordial en course à pied et je fais mon possible pour rester positif. Je pense entre autres à mon ami Marc-André, une véritable inspiration, qui vient de compléter son premier triathlon Ironman en 16 heures, lui qui ne savait pas nager et qui s'achetait un vélo de route il y a à peine un an!

Rendu au point de retour (après environ 1h17), c'est tout le contraire : wow, déjà?! Je croyais devoir continuer encore une bonne vingtaine de minutes avant d'y arriver! Je suis tellement surpris et content d'y être déjà arrivé que c'est maintenant l'inverse : je rayonne. Tout à coup tout semble facile, toutes les côtes à venir ne me semblent que des poussières; de toute façon, la montée c'est ma force! En fait tout ça devait vraiment se lire sur mon visage, car les participants que je croise au retour me sourient tous et certains m'envoient même la main; excellent, la bonne humeur c'est contagieux!

Bien entendu les côtes au retour ne sont tout de même pas si faciles que ça, mais je les franchies sans difficultés majeures. J'en profite pour jaser et plaisanter sur ces fameuses côtes avec les bénévoles et les participants que je rencontre, tout le monde semble vraiment aimer l'événement. Je repasse donc par le village pour refaire la dernière boucle de 5.5 km. Les côtes de celle-ci seront particulièrement difficiles (pas tant sur le moral que physiquement cette fois-ci), mais pour les derniers 3 km on dirait que des ailes me sont poussées et je file à vive allure jusqu'à l'arrivée, où mon épouse m'attend.

Je retiens une expérience très positive de ce petit village, et j'espère que beaucoup d'autres prendront exemple sur eux. Il aurait été bien d'offrir des médailles de participation comme c'est souvent le cas pour de telles distances, mais on dirait que ce n'est plus à la mode (mes trois dernières courses n'en ont pas offertes). Les jumelles Puntous gagneront encore une fois la première et deuxième place pour les femmes, elles ont toute mon admiration. Quand à Cinzia et moi, nous profiterons du reste de la journée pour visiter Magog... c'est ce qui est amusant de ces courses, ça nous permet de visiter de nouveaux endroits. :)

Retour au blogue

1 2
3 4
5 6
7 8
9 10
11 12
13 14
15 16
17